Le LfdD est fin prêt pour la rentrée en distanciel

17 Décembre 2020

La dernière semaine avant les congés de fin d’année, un jour (pas) comme un autre au LfdD….

L’équipe pédagogique a dû revoir son organisation.

Dans son laboratoire, armé d’un ordinateur, d’un deuxième écran, d’une tablette et d’un téléphone, M. Coiffier, professeur de physique/chimie, a pu prendre quelques minutes pour répondre à quelques questions qui intéresseront sans nul doute les parents de tous les élèves de la 6ème à la terminale.

Le vendredi 11.12 à midi, le Schulministerium a annoncé le passage en distanciel pour les élèves de la 4ème à la Terminale. Le LfdD a pu s’organiser très rapidement et proposer dès le lundi matin suivant, à tous les élèves de travailler à distance, alternant  cours en visioconférence et travail en autonomie.

Les équipes pédagogiques se sont concertées pendant le week-end afin de proposer un plan de travail dès dimanche aux enfants des classes concernées.

Q : Voilà donc les enseignants et les élèves du secondaire du LfdD à nouveau en travail à distance.  Comment s’était fait le basculement vers un enseignement à distance au printemps dernier ?

Les premières semaines avaient été difficiles, comme cela a pu l’être dans beaucoup d’autres métiers. Nous n’étions pas préparés à un tel fonctionnement, il fallait repenser nos pratiques afin de permettre aux élèves de poursuivre leurs apprentissages et leur donner de nouveaux repères. Il fallait d’abord trouver des solutions techniques, ce qui a occupé l’essentiel des premiers jours. Par chance, la plateforme que nous avions retenue (Discord) était connue des lycéens et les élèves de Terminale, qui avaient eux-mêmes commencé à la mettre en place pour échanger entre eux. Ainsi nous avons avancé rapidement, et proposé dès les premiers jours des cours en visioconférence aux lycéens. Cela nous permettait aussi de valoriser les élèves en leur laissant la gestion des serveurs, tout en les aidant à trouver des règles pour un travail efficace.

Nous nous sommes d’abord concentrés sur les lycéens : personne ne savait si et comment les épreuves pourraient se dérouler quelques semaines plus tard, nous voulions leur offrir la meilleure préparation dans ces circonstances difficiles et anxiogènes. Il a fallu plus de temps pour le collège, d’autant que la plateforme retenue au lycée nous semblait moins bien adaptée pour de plus jeunes élèves. Avec le recul, je pense qu’on peut être fier de la réactivité de l’équipe. Tout n’a pas été parfait mais grâce à l’entraide entre les collègues même ceux avec le moins de connaissances techniques ont pu organiser des cours en ligne, ce dont ils ne se seraient jamais crus capables quelques semaines auparavant !

Q : Pourquoi une partie seulement des cours a-t-elle été assurée par visioconférence pour la dernière semaine de décembre ?

Ce fut un des enseignements du printemps dernier : nous avions cherché au départ à mettre en place un maximum de cours en visioconférence pour les lycéens. Mais très vite les élèves nous ont fait part de leurs difficultés à suivre le rythme, ces cours se révélant plus fatigants à suivre que les cours classiques, et ils n’arrivaient pas à faire le travail en autonomie nécessaire à un bon apprentissage. Des travaux de recherche pédagogique l’ont depuis confirmé : imposer des cours toute la journée en visioconférence est contre-productif pour les apprentissages. Nous en avons tenu compte pour établir les plans de travail cette semaine, en limitant volontairement le temps passé derrière l’écran. L’équipe continue à réfléchir au bon équilibre, en fonction des classes et du retour des élèves.

Q : L’expérience acquise au printemps dernier vous a-t-elle permis d’améliorer le dispositif sur d’autres points ?

Nous l’espérons ! Une autre composante essentielle de la préparation du Lycée a été la mise en place de la plateforme Itslearning, qui facilite l’échange de documents numériques et ouvre de nouvelles possibilités pédagogiques. Une partie importante du travail a été faite cet été, pour choisir la plateforme et réfléchir à la bonne configuration pour un travail efficace. Le serveur a ainsi pu être opérationnel techniquement pour la rentrée scolaire. Mais l’essentiel a été la formation des enseignants à l’utilisation de ces outils. Celle-ci s’est faite sur plusieurs semaines, avec des demi-journées dédiées aux formations, mais également des sessions proposées au secondaire et au primaire sur les pauses de midi. Ce travail doit être poursuivi, mais, là encore, les capacités d’adaptation de l’équipe ont été remarquables. La prise en main de la plateforme et la bonne utilisation de ses fonctionnalités demandent beaucoup de pratique, mais tout le monde est maintenant capable de l’utiliser.

Un grand merci à M. Coiffier d’avoir répondu  à ces questions.

En conclusion, il n’est pas facile d’adapter en distanciel les méthodes de travail pour l’équipe enseignante… mais nos élèves ont montré eux aussi leurs capacités d’adaptation et fait preuve de résilience dans ces conditions difficiles, ils ont d’ores et déjà gagné en autonomie, et nous sommes sûrs qu’ils sauront capitaliser sur cette expérience !


Liens utiles:

Consultez nos fiches « Bonnes pratiques » :

  • 5 règles pour une visioconférence productive

  • 12 règles pour une continuité pédagogique réussie

Facebook
Facebook