• Sort Blog:
  • All
  • AEFE
  • Berufsberatung
  • Immobilienprojekt
  • Lese-Workshop
  • Mathematik
  • Naturwissenschaften
  • Pressespiegel
  • Schulausflüge
  • Sekundarbereich
  • Sport
  • Staatsbürgerschaftskunde
  • Theater
  • Vor- und Grundschule

Témoignage

Vendredi 26 janvier 2018, Mme Bader est venue témoigner de ce qu’elle a vécu durant la Shoah en nous racontant son expérience de déportée dans un ghetto. Elle était accompagnée du directeur de la maison de retraite juive à Düsseldorf, M. Röken, dans laquelle Mme Bader vit actuellement.

Lors de l’occupation nazie, la famille Bader est déportée dans le ghetto de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie occupée. Dans le ghetto, les S.S. séparent les adultes des enfants pour placer ceux-ci dans des maisons spéciales. La mère de Mme Bader se battra pour la garder et y parviendra. Pourtant, la fillette en voudra beaucoup à sa mère de l’avoir séparée de ses camarades. Seulement, la plupart de ses amis envoyés dans ces “maisons” seront finalement déportés à Auschwitz et n’en reviendront pas.

Agée de 13 ans, Mme Bader se retrouve ainsi seule à errer dans les rues du ghetto. Sa priorité devient alors de se nourrir ainsi que sa famille. La jeune fille commence donc à voler pour survivre. Elle nous raconte qu’une fois, alors qu’elle tentait de voler des pommes de terre qui pourrissaient dans la cave des S.S., “une griffe de fer” l’a violemment attrapée par le col, c’était un S.S.

Prête à tout pour manger, elle accepte un jour la proposition d’un docteur qui lui promet du lait et du pain si elle le suit. Affamée, Mme Bader accepte sans vraiment réfléchir. Ce sera son plus gros traumatisme de cette période car le docteur l’emmènera dans la forêt et tentera d’abuser d’elle. Elle n’en parlera jamais à sa mère de peur des représailles du médecin SS et ne commencera à en parler seulement qu’après son mariage.

Le moment le plus touchant de son témoignage est lorsque Mme Bader nous parle, émue, de son amie Inger Auermann, une jeune fille avec qui Mme Bader avait tissé des liens d’amitié. Aujourd’hui écrivaine et habitant à New York, Inge Auerbacher avait à l’époque écrit Ich bin ein Stern, un poème très fort et touchant sur son étoile juive, sa « Stern ».. Le directeur nous a donc lu ce poème tandis que Mme Bader épinglait fièrement son étoile. Cette lecture a vraiment marqué les esprits de chacun d’entre nous.

Puis, Mme Bader nous parle de sa vie après le ghetto. Après la guerre, elle a fait le choix de rester en Allemagne pour rester aux côtés de son père, plutôt que d’émigrer en Israël ou tout autre pays comme la plupart des juifs. Elle nous parle de son travail dans un Kindergarten qui lui a permis de “rattraper son enfance” qu’elle n’avait pas pu vivre dans le ghetto.

Aujourd’hui, Mme Bader habite dans une maison de retraite juive et n’est pas la seule des pensionnaires à avoir survécu aux camps mais peu en parlent.

Mme Bader déplore d’ailleurs que certains n’aient pas encore entamé leur travail de mémoire comme la population juive russe.

Le directeur nous explique que beaucoup de ces “survivants” reviennent avec de lourdes séquelles. Il nous raconte que pendant de longues années, traumatisé par son arrestation et ses années de souffrance, un résidant, souffrant du syndrome de Jérusalem, s’habillait, mettait son chapeau et son long manteau noir et se cachait en-dessous de son lit systématiquement avant de s’endormir. Il lui a fallu beaucoup de temps pour se coucher dans son lit.

Finalement, Mme Bader nous remercie pour notre accueil et notre grande attention et nous invite à faire attention à chacun d’entre nous car nous sommes tous égaux. Nous repartons chez nous tous impressionnés par cette grande dame pleine d’espoir, de positivité et de paix.

Anouck Isambert

Elève de Première ES

Tempus Ludendi

Un jeu pour tous avec le latin et la culture latine !

Chaque lundi matin, dans la vitrine du vieux bâtiment, une énigme, un petit jeu ou une question vous permettront de tester votre culture latine ou de la compléter.

Donnez votre réponse sur papier libre (avec votre nom et votre classe) et déposez-la dans l’urne placée à la vie scolaire jusqu’au vendredi.
Chaque lundi, la réponse sera donnée, le palmarès des joueurs indiqué et une nouvelle question proposée.
En fin d’année, les meilleurs participants seront récompensés !

La galette des rois

La galette des rois est une galette traditionnellement élaborée et consommée dans une majeure partie de la France, au Québec, en Acadie, en Suisse, au Luxembourg, en Belgique , au Liban et au lycée francais de Düsseldorf, à l’occasion de l’Épiphanie, fête chrétienne qui célèbre la visite des rois mages à l’enfant Jésus, célébrée le 6 janvier. C’est avant tout l’occasion pour les enfants de cuisiner ensemble et de montrer leurs capacités d’organisation.

Mais d’où nous vient cette tradition ?

La galette des rois pourrait tirer son origine des Saturnales (fêtes romaines sur la fin du mois de décembre et au commencement de janvier), les Romains désignaient un esclave comme « roi d’un jour »1. Les Saturnales étaient en effet une fête d’inversion des rôles afin de déjouer les jours néfastes de Saturne, divinité chthonienne. Au cours du banquet (au début ou à la fin des Saturnales, selon les différentes époques de la Rome antique) au sein de chaque grande familia, les Romains utilisaient la fève d’un gâteau comme pour tirer au sort le « Saturnalicius princeps » (Prince des Saturnales ou du désordre). Cela permettait de resserrer les affections domestiques et donnait au « roi d’un jour » le pouvoir d’exaucer tous ses désirs pendant la journée (comme donner des ordres à son maître) avant d’être mis à mort, ou plus probablement de retourner à sa vie servile. Pour assurer une distribution aléatoire des parts de galette, il était de coutume que le plus jeune se place sous la table et nomme le bénéficiaire de la part qui était désignée par la personne chargée du service.

Calligrammes

Dans le cadre de notre correspondance « Calligrammes », nous avons rédigé des Calligrammes sur des monuments européens.

Voici comment notre travail s’est déroulé :
– dans un premier temps, nous avons réalisé des recherches sur le document choisi afin d’apprendre des éléments sur son histoire, sur son architecture, sur ses dimensions, son lieu de construction etc.
– dans un second temps, nous devions fermer les yeux et visualiser notre monument dans son lieu pour pouvoir réfléchir à tout ce que ce monument nous inspirait.

Nous avons écrit ensuite au brouillon un nom, un verbe et un adjectif par rapport aux critères suivants : couleurs, odeurs , matériaux, forme, apparence, texture, bruits se rapportant au monument ou à son lieu.
Nous avons ajouté à toutes ces impressions les diverses informations que nous avions trouvées sur son créateur, son histoire etc.

Ce poème devait commencer et se terminer par deux vers libres. Il devait également comporter 1 strophe de 4 vers constituée de rimes croisées, embrassées ou suivies.

Découvrez l’ensemble de nos œuvres sur notre page vie des classes !

Concours Aefe

A l’occasion de la première Semaine des lycées français du monde, l’AEFE lance un défi aux élèves et aux personnels du réseau : capturer une scène de leur environnement scolaire et ainsi mettre en valeur un moment de vie, des personnes, un objet ou encore l’architecture de leur établissement. Ce concours photo se déroule sur le réseau social Instagram. Il se poursuivra jusqu’au dernier jour de la Semaine des lycées français du monde, le 19 novembre.

Le thème „Regards sur mon lycée français“ est libre d’interprétation et l’originalité est de mise. Toutefois, les photomontages sont interdits.

Deux lauréats seront désignés, l’un par les internautes (nombre de mentions « j’aime » sur la photo) et l’autre par un jury. À la clé ? Un entretien en visioconférence avec un photographe professionnel et un livre sur la photographie.

Les plus belles photos du concours seront réunies dans une exposition numérique et mises en lumière sur le site et les réseaux sociaux de l’AEFE.

Rendez-vous sur Instagram pour participer et découvrir les lycées français du monde sous tous les angles !

Modalités de participation

Sur Instagram, chaque participant doit :

  • s’abonner au compte de l’AEFE : @aefeinfo ;
  • activer son propre compte en mode « public » (pendant toute la durée du concours et au moins jusqu’au 21 novembre pour les délibérations du jury) ;
  • publier sa photo en mentionnant le compte @aefeinfo et en ajoutant les hashtags dans la description #MonLycéeFrançais et #SemaineLFM ;
  • dans la description, indiquer aussi le nom de l’établissement et préciser la ville du lycée sous la forme d’un hashtag (par exemple : #Dakar, #Rome, #Tokyo…) ;
  • décrire brièvement sa photo (cette description permettra au jury de délibérer).

 

 2017 Semaine lfm concours photo règlement

Elections en CM2

Les élections des délégués de classe de CM2

 

Chaque année, à la fin du mois de septembre ou au début du mois d’octobre, chaque classe doit voter pour élire  1 délégué titulaire et son  délégué suppléant, soit 2 personnes au total. Ces élèves représentent l’ensemble de leurs camarades de la classe pour un semestre.

 

S’INFORMER AVANT LES ELECTIONS

Élire les représentants de sa classe pour une année entière ne s’improvise pas et ne doit surtout pas être pris à la légère.

Une information obligatoire est organisée par le professeur principal pour informer toute la classe sur le rôle du délégué, ses obligations, sa mission. C’est ce que l’on appelle la sensibilisation. Pour ma part j’avais choisi de partir d’un album „Lulu Présidente“ et organisé un débat.

 

DEROULEMENT DES ELECTIONS

Les élections se passent en plusieurs étapes :

o   une présentation des différents candidats

o   un rappel des règles de vote

o   un ou deux tours d‘élection (en fonction des résultats)

o   le choix de scrutateurs (ce sont les personnes qui veillent au bon déroulement du vote et au dépouillement des bulletins)

o   le dépouillement des bulletins de vote

o   la proclamation des résultats

 

ÊTRE DÉLÉGUÉ DES ÉLÈVES, POURQUOI ?

Je serai mieux informé de tout ce qui touche à ma classe et au collège.

Je pourrai prendre des initiatives pour créer une bonne ambiance dans ma classe.

Je serai l’interlocuteur privilégié de mes professeurs et de l’administration.

J’aurai plus de relations avec mes camarades et je les connaîtrai mieux.

Je leur donnerai des informations.

Je prendrai progressivement des responsabilités.

Bref, en tant que délégué, je serai élu et je représenterai mes camarades, en les informant, en les aidant, en les conseillant. Pour moi, ce sera une expérience enrichissante.

 

J’AURAI DES DEVOIRS

o   Je respecterai mes camarades et les adultes

o   J’accomplirai correctement les obligations qu’ont tous les élèves (assiduité, travail, discipline…)

o   Je consulterai régulièrement mes mandants, c’est à dire mes électeurs, mes camarades de classe

o   Je devrai préparer les conseils de classe et y participer effectivement

o   Je devrai exprimer, dans ces conseils, l’avis des élèves et non mon avis personnel

 

QUELLES QUALITÉS DOIS-JE AVOIR ?

o   Je dois être sérieux, responsable, honnête, impartial.

o   Je dois savoir communiquer.

o   Je dois savoir m’informer et informer.

o   Je dois savoir faire preuve d’initiative.

 

Forts de toutes ces informations les candidats au nombre de 9 ont fait campagne auprès de leurs camarades

Chaque candidat a monté son bureau électoral où slogans, discours, affiches , badges ont été préparés.

Puis les candidats ont tenu un discours pour convaincre l’électorat.

 

Les élus de la classe de CM2 de Mme Fuzeau pour l’année 2017-2018

1er semestre : Benyamin Horstmann et Alizé capitaine
2e semestre : Louis-Maël Weber et Charlotte caillot

 

Chinois et théâtre

L’atelier chinois, animé par Monsieur Bourgeois, a lieu tous les lundis de 12h45 à 13h30. Vous pouvez en trouver le descriptif sur notre page Ateliers, manifestations et concours.

 

M.Séguy, professeur de lettres, anime l’atelier théâtre du LfdD.

Le projet de cette année consiste à mener L’avare, pièce de Molière montée l’année dernière (article), au festival international „Eclairs de scène“ à Toulouse. Le festival aura lieu du 28 mai au 2 juin 2018.

Atelier théâtre

Qu’est-ce que MeJ ?

MATH.en.JEANS

Méthode d’Apprentissage des Théories mathématiques en Jumelant des Établissements pour une Approche Nouvelle du Savoir

“Ne subissez pas les maths, vivez-les !“

A l’occasion de la reprise des ateliers MeJ au collège et au lycée, ce mardi 26 septembre à 12h40, Roswitha et Léa, élèves de 1ère S, nous expliquent en quoi consiste l’atelier MeJ.

 
Quand est-ce que MATh.en.JEANS a été créé ?

MeJ a été créé en 1989.

En quoi cela consiste-t-il ?

Les élèves participants pratiquent une démarche scientifique sur des thèmes de recherche actuels.

Ils se réunissent en ateliers une fois par semaine sur la pause de midi.

Ils présentent leurs travaux à un congrès situé dans une ville de l’Europe (voir article sur le congrès à Düsseldorf), en fin d’année scolaire. Cette année, le congrès MeJ aura lieu à Berlin du 13 au 16 mars 2018.

Ils publient le résultat de leurs travaux sur le site de MATh.en.JEANS.

Qui peut participer?

Les jeunes de toutes origines scolarisés dans des écoles françaises de l’école primaire jusqu’à l’université.

Quel est le but de MATh.en.JEANS ?
  • faire vivre les mathématiques par les jeunes
  • faire découvrir aux élèves les aspects merveilleux des mathématiques : suivre sa passion, aller au-delà du cours de mathématiques, participer à un congrès…
  • mettre les jeunes en situation de recherche
  • jumeler des mathématiciens et des établissements scolaires
  • permettre la rencontre entre le monde de l’éducation et le monde de la recherche
  • encourager les carrières scientifiques
 
Si vous aimez résoudre des énigmes, si vous appréciez le travail en équipe, rejoignez-nous tous les mardis de 12h40 à 13h30 en salle A !

Prix AbiBac 2017

La cérémonie de la remise du „prix AbiBac“ eut lieu cette année, le 8 juillet, dans la cadre de la fête française de Düsseldorf.

Ce prix, organisé par le cercle franco-allemand, récompense les meilleur(e)s élèves suivant le cursus bilingue AbiBac, durant lequel les lycéens assistent à des cours dans la seconde langue. A la fin de la terminale, ils obtiennent le diplôme de l’Abitur en plus de celui du baccalauréat.

Les participants étaient issus de deux lycées de Düsseldorf, le Luisen-Gymnasium et le Lycée français de Düsseldorf. Tous deux proposant le cursus AbiBac.

Les élèves selectionnés, trois dans chaque établissement, durent passer une épreuve écrite en présence d’un jury, qui fut suivie d’une entretien devant ce même jury qui se compose des membres du cercle franco-allemand Petra Kammann, le Prof. Bernd Kortländer,  l’attaché culturel de l’institut français Mark-Alexander Schreiweis, le président du cercle, Dr. Cornelis Canenbley et Christiane von der Groeben.

La remise des prix eut lieu en présence du maire de Düsseldorf Thomas Geisel, du consul général de France M. Vincent Muller, et des membres du jury.

Le premier prix (300€) revint à Alexandra Fadel (Luisen-Gymnasium), le second prix (200€) à Hendrik-André Rootering (Lycée français de Düsseldorf), et le troisième prix (100€) à Pierre-Alain Krause (Lycée français de Düsseldorf).

Hendrik-André et Pierre-Alain

Les six candidats, qui devaient faire preuve d’une grande aisance aussi bien dans les deux langues que dans les deux cultures, se virent tous remettre le recueil de poésies „O, ma mémoire“ de Stéphane Hessel, ainsi qu’un CD de chanson française.

Ces élèves restent donc, en plus d’ambassadeurs des deux langues, ambassadeurs des deux cultures, qu’ils représentent dans le pays voisin.

La vidéo de cet évènement est disponible dans notre médiathèque en page d’accueil.