Title Image

Elémentaire

La rencontre des CE2A avec le skipper Nicolas Troussel

S’il fallait caractériser Nicolas Troussel, c’est sans doute sa propension à sortir des sentiers battus qui pourrait le mieux définir le marin, double vainqueur de La Solitaire du Figaro. Son palmarès témoigne à la fois de sa capacité à oser des coups gagnants comme en 2006 où, à rebours de toute la flotte, il tente une option radicale qui lui permet de remporter sa première Solitaire du Figaro avec un écart de près de six heures sur ses principaux adversaires. Faire une « Troussel » deviendra ainsi une expression consacrée dans le monde de la course au large pour définir un coup où l’inspiration le dispute au panache. 

Nicolas Troussel s’est qualifié pour le Vendée Globe après avoir effectué 2 000 milles nautiques (3 700 km) de navigation en solitaire sur le bateau CORUM L’Epargne.

Alors que la course était à ses dernières heures, Nicolas Troussel a accepté aimablement de nous accorder une interview (Nicolas Troussel a annoncé le 16.11 soir, son abandon sur le Vendée Globe 2020. Le skipper de Corum L’Epagne avait démâté la nuit dernière mais était sain et sauf).

Tous les élèves ont attendu avec beaucoup de ferveur le moment de l’interview. Le moment était unique et a marqué chacun d’entre eux. Nous sommes convaincus qu’après cette rencontre, les élèves sont repartis avec une seule et précieuse conviction : c’est la détermination qui les mènera loin.

Q.Pourquoi avez-vous choisi de participer au Vendée Globe ? (Elyes)

R. J’ai choisi de participer au Vendée Globe car j’aime la compétition et j’ai toujours rêvé de faire le tour du monde en solitaire. J’aime la mer et les bateaux depuis toujours. De plus, c’est la plus grande course qui existe depuis 1989.

Q. Souhaitez-vous refaire le prochain Vendée globe ? (Alba)

R. Oui, je souhaiterais pouvoir le refaire en 2024 !

Q. Comment faisiez-vous pour aller aux toilettes et pour vous doucher ? (Martha)

R. Pour aller aux toilettes, j’utilisais un seau et pour me laver, j’utilisais des lingettes. Il faut être, toutefois, vigilant par rapport aux problèmes de peau avec l’eau salée.

Q. Quel était le moment le plus beau de votre course ? (Emil)

R. C’était le départ, c’était très réjouissant car le bateau glissait rapidement sur l’eau et nous étions accompagnés au-dessus de nos têtes par la patrouille de France.

Q. Avez-vous eu peur sur le bateau ? (Rémi)

R. Non, pas particulièrement. Il y a des moments tendus où l’on doit toujours faire attention ou quand j’ai  dû réparer ma voile lorsque je me trouvais  au Cap Horn.

Q. Que faisiez-vous lorsque vous aviez du temps libre sur le bateau ? Aviez-vous le temps de lire, de regarder la télévision ou d’écouter de la musique ? (Benjamin/(Théophile)

R. Non, je n’avais pas le temps de regarder la télévision car on est toujours actif sur un bateau. Avant de me lancer dans la course, j’ai visionné des vidéos de préparation et j’ai téléchargé des émissions de radios sur mon iphone pour pouvoir les écouter sur le bateau.

Q. Dormir et piloter : comment faisiez-vous ? (Alba)

R. Je pouvais m’accorder des petites plages de sommeil grâce à mon pilote automatique.

Q. Est-ce plus dangereux de naviguer la nuit que le jour ? Comment faites-vous ? (Dorian)

R. Naviguer la nuit est plus facile que de naviguer le jour.

Q. Etiez-vous content de retourner chez vous ? (Zoé)

R. Oui et non. J’étais triste car j’avais dû abandonner la course à cause du démâtage. Oui bien sûr, j’étais aussi content de retrouver ma femme et mes enfants.

Q. Combien de repas preniez-vous par jour ? (Thomas)

R. J’essayais de maintenir le rythme de 3 repas par jour mais, quelquefois, on n’a pas toujours le temps de respecter ce rythme.

Q. Combien de difficultés avez-vous rencontrées ? Quelles sont celles que vous avez pu réparer ? (Théophile)

R. J’ai eu un problème d’énergie avec l’alternateur, je ne pouvais pas recharger les batteries.

Q. Combien d’heures dormiez-vous par jour ? (Camille) 

R. Cela dépendait car il y a des jours où je ne dormais pas car il avait trop de travail pour les réglages de mon bateau. Je dormais en moyenne 5-6 h par jour mais en plusieurs fois.

Q. Etre loin, cela devait être dur. Que faisiez-vous quand votre famille vous manquait ? (Mailys)

R. Être loin de sa famille, on s’y prépare avec la famille en tant que skipper toute l’année avant de partir. Je n’avais souvent pas trop le temps d’y penser sur le bateau, je devais être constamment concentré. Souvent, j’envoyais à ma famille des textos et quelquefois, nous faisions des visios.

Q. Que devez-vous faire pour pouvoir participer au Vendée Globe ? (Hugo)

R. Il y a plusieurs conditions à remplir comme la taille du bateau, être en bonne santé et avoir suivi une formation médicale. J’ai également dû compléter un parcours de qualification de 2000 milles.

Q. Comment vous sentiez-vous lorsque vous étiez en mer face aux tempêtes et à la mer agitée ? (Lala)

R. Bien et serein car face aux grosses vagues, les manœuvres se sont bien déroulées et les foils ont bien fonctionné.

Q. Avez-vous vu beaucoup de skippers pendant le Vendée Globe ? Comment communiquiez-vous si vous aperceviez le bateau d’un autre skipper ? (Amélie)

R. Oui, j’ai vu quelques autres skippers au large des côtes d’Espagne ou du Cap Vert.

Avec les bateaux qui étaient proches de nous, nous communiquions par radio VHF, par une boîte mail, par un téléphone satellite avec lequel nous pouvons  nous envoyer des textos et nous appeler.

Q. Est-ce que c’est confortable de naviguer sur votre bateau ? (Anne)

R. Ce n’est pas trop confortable quand il y a beaucoup de mer et cela peut être dangereux. C’est pourquoi, je dormais sur un gros matelas pour ne pas sentir les chocs du bateau qui bouge dans une mer déchaînée.

Q. Lorsque vous naviguez pendant le Vendée Globe, vous intéressez-vous au classement des autres skippers ? (Felix)

R. Oui, bien sûr. Je suis compétiteur et le but est d’avoir le meilleur classement possible.

Q. Qui a choisi votre sponsor ? (Noé)

R. Ce n’est pas moi qui choisis forcément le sponsor, c’est lui qui me choisit.

Q. Quels sont vos projets  pour cette année ?

R. En ce moment, le bateau est sur le chantier et subit des réparations pour être prêt d’ici fin mars/début avril.

Victor Hugo disait : « S’il existe une réalité qui dépasse le rêve, c’est ceci : Vivre ».

C’est bien ce que fait Troussel… il vit sa vie et prépare ses prochaines aventures, le tout pour atteindre son rêve… Le retour du Vendée Globe.

... ses prochaines courses pour cette année...

mi-Mai : The Ocean Race Europe, il s’agit d’une course à étapes en équipage.

Août : Rolex Fastnet : Départ de l’île de Whight, arrivée à Cherbourg

Septembre : Défi Azimut à Lorient en duo

Octobre : Transat Jacques Vabre en duo

LE VENDEE GLOBE DES CE2A

VENDEE GLOBLE :
Le voyage des CE2a continue en distanciel
Image is not available

Les élèves du CE2a suivent depuis le 08 novembre les aventures des skippers de la course mythique.
Ils nous gratifient au passage de magnifiques affiches et couchés de soleil.

Inspirés par ce tour du monde ils ont également imaginé de splendides "véhicules maisons", qui nous permettent de voyager confortablement installé dans notre fauteuil...

LES VEHICULES MAISONS
Image is not available
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Slider

LE VENDEE GLOBE DES CE2a

Novembre 2020

Les CE2a à l'assaut des océans avec le Vendée Globe
Image is not available

Article rédigé par Zoé, Martha et Rémi et complété par la classe.

Le Vendée Globe est une course à la voile autour du monde (de plus de 40 000 km) qui se passe en solitaire, sans escale (le skipper ne peut pas s’arrêter dans un port) et sans assistance (personne ne peut monter sur le bateau et le skipper ne peut pas être ravitaillé). Le thème du Vendée Globe s’inscrit dans le fil rouge de l’école, « architecture » à travers l’architecture navale.

Le marin qui doit être âgé/e d’un minimum de 21 ans doit avoir suivi avant de partir une
formation médicale et de survie pour affronter seul toutes les situations.
Le Vendée Globe a lieu tous les quatre ans et le départ de cette course s’est déroulé aux Sables
d’Olonne en Vendée (France) le 8 novembre dernier. Les bateaux utilisés s’appellent des
monocoques.

Ils partent du port des Sables d’Olonne, longent les côtes africaines, contournent
l’Antarctique, remontent le long de l’Amérique du Sud et reviennent à leur point de départ.
Sur le parcours les marins passent par trois caps :
• le Cap de la Bonne Espérance,
• le Cap Leeuwin,
• le Cap Horn.

Cette année, il y a 33 skippers dont 9 qui ont une nationalité étrangère. Le benjamin est Alan Roura qui vit en Suisse et le doyen est Jean Le Cam qui est originaire de la Bretagne en France.

Six femmes font partie de cette aventure.

Le favori de la course est Alex Thomson qui a fini deuxième il y a 4 ans et troisième il y a 8 ans.

19 bateaux sont dotés de foils : ils ressemblent à de grandes moustaches, appendices étranges
qui sortent des bateaux et permettent d’augmenter la vitesse.
Nous suivons la position des skippers tous les jours et nous bougeons les bateaux sur la carte du
monde.

Quelques skippers ont déjà rencontré quelques problèmes en ce début de course:
-Kojiro Shiraishi a du réparer sa voile déchirée ;
-Le safran du bateau de Jérémie Beyou a été détérioré à cause d’un OFNI. Il a du repartir aux Sables
d’Olonne pour le faire réparer. Fabrice Amadéo a du retourner aussi retourner aux Sables d’Olonne
à cause de sa voile ;
-Arnaud Boissières a cassé son GPS et a dû aussi monter en haut de son mât pour réaliser des
réparations ;
-Damien Seguin, qui est le premier skipper atteint de handicap à participer au Vendée Globe, a dû
plonger pour libérer sa quille d’un filet de pêcheur.
Enfin, mardi 17 novembre, Nicolas Troussel a dû abandonner la course car son mât s’est cassé.

Nous avons constaté que les skippers ressentent beaucoup d’émotions lors de cette course. Voici la course de leurs émotions :

- la joie lorsque les skippers bouclent la course ou même lorsqu’ils gagnent la course ;
- la tristesse lorsque les marins quittent leur famille, lorsqu’ils ne peuvent pas finir la course ou
lorsqu’ils se retrouvent seuls à Noël ;
- la peur lorsque le bateau peut avoir un problème technique, lorsque les skippers doivent
abandonner ou lorsqu’ils ont peur de monter en haut du mât pour effectuer des réparations ;
- la colère lorsque le bateau rencontre un problème ou lorsque le skipper réalise une erreur de
routage ;
- le dégoût lorsqu’ils doivent manger la nourriture lyophilisée qui n’est pas toujours très
appétissante ;
la honte de blesser des animaux comme les baleines avec leur bateau ou de tomber à l’eau.

Des élèves comme Benjamin et Elyes ont construit leur propre monocoque avec les petites briques LEGO.

Le mot de la maitresse

Le Vendée Globe est un projet pluridisciplinaire qui s’inscrit dans le projet « architecture» à travers l’architecture navale. Différentes disciplines peuvent ainsi être abordées :
-en mathématiques: on peut calculer des distances (des milles en km), la vitesse (des nœuds en km/h), la durée, aborder la symétrie, les grands nombres...
-en géographie: on apprend à lire une carte, à aborder les points cardinaux, les continents, les mers et océans afin de pouvoir placer sur la carte son bateau ;
-éducation morale et civique: on met en avant des valeurs de persévérance, de solidarité et les émotions vécues lors de la course. On aborde le développement durable à travers le travail sur l’environnement et sur les océans ;
-sciences: on parle de l’hygiène, du sommeil et de l’alimentation ;
-histoire: les grandes découvertes, les grands explorateurs ainsi que l’histoire des bateaux sont abordés.
-arts visuels: représentation des bateaux, des skippers, des animaux marins rencontrés, des portraits des marins...
Nous avons confectionné les lanternes de la Saint Martin aux couleurs du Vendée Globe sur lesquelles les élèves ont représenté le bateau du skipper choisi/e et un animal marin.

Prochainement

Actuellement, nous entretenons une correspondance avec une école des Sables d’Olonne et nous réalisons les portraits des skippers au fusain.

Nous souhaitons réaliser des paysages marins avec les bateaux des skippers dont le reflet
dans la mer permettra de travailler la symétrie en géométrie et le mélange des couleurs en arts visuels :
Nous préparons des questions en vue de réaliser des interviews une fois que nos marins seront de retour sur
terre. Nous espérons que certains skippers pourront répondre à nos questions par courriel ou par
visioconférence comme nous l’avions fait lors du dernier Vendée Globe il y a 4 ans avec Jean Le Cam.

A TRES VITE SUR LES MERS DU GLOBE !

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Slider

Projet électricité – CP

.


l’ingrédient magique
de la vie quotidienne
enseigné aux CP
Image is not available

Tout commence avec une ampoule, une batterie plate et quelques fils. Reliez-les et la magie opère… la lumière s’allume grâce à l'électricité.

L'électricité...

Il n'est pas facile d'enseigner l'électricité à des élèves aussi jeunes que le CP.
Néanmoins, nos enseignantes ont réussi à le faire de manière créative, simple et ludique tout en intégrant leur projet dans le projet d'école - architecture.

L’énergie est partout autour de nous, même si on ne la voit pas vraiment. On s’en sert pour se déplacer, pour faire fonctionner des objets, pour chauffer ou refroidir. Mais comment l’électricité arrive-t-elle jusqu’à chez nous ?

Tout commence avec une ampoule, une batterie plate et quelques fils. Reliez-les et la magie opère… la lumière s’allume grâce à l'électricité.

Pendant une semaine, les enfants ont appris beaucoup de choses telles que :
– L’électricité : L’énergie de tous les jours
– Les objets électriques et les dangers de l’électricité
– Faire briller une ampoule avec une pile plate
– Introduction du fil : réalisation d’un montage simple – fils conducteurs ou non avec des exemples
– Réalisation d’un objet (une maison faite à partir d’une boite à chaussures)

La dernière étape de ce projet a été la construction d'une maison avec une ampoule à l'intérieur. A cette occasion, les enfants ont pu tester leurs réalisations électriques.
La décoration de cette maison s’inspire des façades des constructions de l’artiste autrichien F.Hundertwasser.

La dernière étape de ce projet a été la construction d'une maison avec une ampoule à l'intérieur. A cette occasion, les enfants ont pu tester leurs réalisations électriques.
La décoration de cette maison s’inspire des façades des constructions de l’artiste autrichien F.Hundertwasser.

BRAVO, à nos électricien(ne)s en herbe !
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Slider

Une Saint Martin pas comme les autres…

Maternelle

Ah la maternelle ! Le moment où votre enfant apprend à devenir indépendant par des interactions avec l’environnement social et matériel et par le jeu ! Quand un enfant joue, il développe son langage, son imagination et sa créativité.

La maternelle est une étape incontournable dans le parcours des enfants pour garantir leur réussite scolaire. Le véritable objectif est de donner aux enfants l’envie d’aller à l’école afin de pouvoir apprendre, s’affirmer et développer leur personnalité.

C’est ce qu’ont fait les enfants de la maternelle en préparant leurs lanternes pour la Saint-Martin. Pour beaucoup d’entre eux, c’était leur première construction de  lanterne… ils ont tous imaginé  et donné vie à des lanternes plus belles les unes que les autres.

Classe PS/GS

Enseignante: Mme Laure KANNACHER-VERGULT
ASEM: Mme Marie SCHENK

Pendant deux semaines, les enfants ont découvert le monde des monstres. Petits ou grands, plus ou moins effrayants, poilus ou non. Ils ont pu inventer des monstres à l’aide de différents objets et inventer leurs noms.

Ils ont enrichi leur vocabulaire en écoutant différentes histoires sur les monstres, ont appris à nommer les parties du corps (yeux, main, poilue ou non, griffes) et se sont beaucoup amusés en créant, les yeux bandés, des monstres amusants, plaçant les différentes parties du corps, guidés exclusivement par les instructions de leurs camarades.


Classes de PS/MS

Enseignante: Mme Sophie LANAU 

ASEM: Mme Irina BRESKA 

———————————————–

Enseignante: Mme Anne BARATTE

ASEM: Mme Edwige CAILLEAUX

Les élèves de Moyenne Section ont étudié en classe l’album « La couleur des émotions ». Ils ont ensuite fabriqué des lanternes en coloriant leurs monstres préférés et en tamponnant à la peinture avec toutes les couleurs des différentes émotions.

Les élèves de Petite Section ont travaillé sur les couleurs. Ils ont décoré leurs lanternes avec les empreintes de leurs mains de différentes couleurs.

Classe de Mme Sophie LANAU 
Classe de Mme Anne BARATTE

Classe PS/GS

Enseignante: Mme Sandrine CLAUDE

ASEM: Mme Nathalie GIRAUD-SCHMITZ

Pour la Saint Martin, les enfants ont préparé des lanternes selon les thèmes étudiés par les enfants. Dans notre classe, les élèves de petite section avaient suivi avec intérêt les traces du petit hérisson Picounou dans le livre « Sur les traces de Maman », il était tout naturel de réaliser une lanterne ressemblant au hérisson Picounou. En grande section, nous venions de commencer l’histoire « Une petite oie pas si bête », où une oie rusée ridiculise un renard… Là aussi, les enfants se sont inspirés de l’histoire pour fabriquer soit une lanterne en forme d’oie, soit une lanterne en forme de renard !

Ces réalisations ont demandé du temps et beaucoup d’efforts aux enfants qui ont peint, poinçonné, découpé, collé avec grande patience pour arriver au joli résultat !


CP

Cette année, les classes de CP ont réalisé des lanternes en relation avec le thème de l’année : l’architecture. Les lanternes représentaient des façades de maison de différents styles. Pour s’y préparer, ils ont observé des documents photographiques. La fabrication des lanternes s’est faite à l’aide de poinçons pour perforer le carton et créer les ouvertures des portes et des fenêtres. Pour donner une atmosphère chaleureuse, les enfants ont collé du papier vitrail de différentes couleurs. 
A l’issue de ce travail, ils ont assisté à un spectacle de la Saint Martin réalisé par les CM2 puis ont participé au défilé dans la cour de récréation. Ils ont été récompensés par un chocolat chaud et un Weckmann brioché. Tous étaient ravis de cette fête! 


CE1a et CE1b


Deux classes, un grand projet ! Afin d’allier St. Martin à notre projet annuel sur l’architecture, quoi de plus naturel que de penser à la Tour Eiffel.
Voici donc notre vieille dame de fer, revisitée par nos élèves, déclinée dans toutes les couleurs…


CE2a

Les élèves ont confectionné des lanternes sur le thème du Vendée Globe.

Le Vendée est une course autour du monde à la voile en solitaire, sans escale et sans assistance qui est partie des Sables d’Olonne (France) le 8 novembre dernier. Le thème du Vendée s’inscrit dans le fil rouge, « l’architecture », à travers l’architecture navale.

Chaque élève a choisi un skipper préféré(e) parmi les 33 skippers qui participent à cette course.

Les lanternes bricolées avaient la forme d’un hublot : d’un côté, chaque élève a pu représenter le monocoque du skipper choisi et de l’autre côté, un animal marin.

Le hublot a été peint avec de la peinture dorée et l’effet hublot a été réalisé avec des empreintes de bouchons

Le hublot a été peint avec de la peinture dorée et l’effet hublot a été réalisé avec des empreintes de bouchons.


CE2b

Après avoir étudié en classe l’ouvrage de littérature jeunesse « Bartholomé, petit bâtisseur de cathédrales », portant sur le travail de tailleurs de pierres au Moyen Âge, les élèves ont représenté sur leurs lanternes de la Saint Martin, des monuments connus à travers l’Europe.

Voyez plutôt !


CM1a

Cette année, les élèves ont travaillé sur le thème « à la découverte de la forêt » à partir du livre « Ecoute les arbres parler » de Peter Wohlleben.

Ils ont fabriqué des lanternes en utilisant des modèles de feuilles d’érables, de hêtres, de charmes, de fougères… et grâce à leurs récoltes successives, ils ont commencé un herbier !

Ils attendent d’aller au Wild Park découvrir la faune tous ensemble !


CM1b

Quoi de plus beau que de représenter les cultures du monde. Les élèves ont travaillé sur les différentes cultures et leurs lanternes représentent la diversité, la fraternité et l’égalité entre les différents peuples.

Les enfants dans le monde entier, sur tous les continents de notre planète, doivent avoir le droit de s’exprimer et de partager leur mode de vie là où ils se trouvent.


CM2a

Les enfants de CM2a, ont écrit eux-mêmes leur adaptation de l’histoire de Saint Martin à l’attention leurs plus jeunes collègues et ont présenté le spectacle dans la cour de l’école.

Voici leur récit de cette expérience.

(Texte ecrit par: Hillig,Camille, Mariam et Florence)

« Quel travail et quel plaisir !

Notre classe a répondu à l’appel de faire un petit spectacle pour expliquer la légende du St Martin aux plus jeunes. Certains d’entre nous ont traduit l’histoire en français à partir d’un dessin animé en allemand. D’autres sont restés en classe au lieu d’aller jouer en récréation car il fallait coudre des costumes. Cela a pris plusieurs jours pour s’entrainer. Le spectacle a été drôle et réussi.

Nous l’avons donc montré le 11 novembre, jour de la St Martin.

Il a fait rire les spectateurs, c’est pourquoi nous pensons que le public l’a apprécié.

On a eu un petit problème avec la cape du St Martin car le capitaine avait fait un gros nœud. Alors au moment où il devait la couper pour en donner la moitié au pauvre, le St Martin n’arrivait plus à l’ouvrir.

Nos personnages : un capitaine romain, un empereur romain , des soldats gaulois et romains, le ST Martin, des villageois, des oies .

On a eu beaucoup de plaisir à le faire. »

Les élections des délégués de classe de CM2 A / 2020-2021

Chaque année, à la fin du mois de septembre ou au début du mois d’octobre, chaque classe doit voter pour élire  1 délégué titulaire et son  délégué

suppléant, soit 2 personnes au total. Ces élèves représentent l’ensemble de leurs camarades de la classe pour un semestre.

S’informer avant les élections

Élire les représentants de sa classe pour une année entière ne s’improvise pas et ne doit surtout pas être pris à la légère.

Une information a été organisée pour informer toute la classe sur le rôle du délégué, ses obligations, sa mission. C’est ce que l’on appelle la sensibilisation. Pour ma part j’avais choisi de partir d’un album «  Lulu Présidente « et organisé un débat.

Déroulement des élections

 Les élections se passent en plusieurs étapes :

  • une présentation des différents candidats
  • un rappel des règles de vote
  • un ou deux tours d’élection (en fonction des résultats)
  • le choix de scrutateurs (ce sont les personnes qui veillent au bon déroulement du vote et au dépouillement des bulletins)
  • le dépouillement des bulletins de vote
  • la proclamation des résultats

ÊTRE DÉLÉGUÉ DES ÉLÈVES, POURQUOI ?

Je serai mieux informé de tout ce qui touche à ma classe et au collège

Je pourrai prendre des initiatives pour créer une bonne ambiance dans ma classe

Je serai l’interlocuteur privilégié de mes professeurs et de l’administration

J’aurai plus de relations avec mes camarades et je les connaîtrai mieux

Je leur donnerai des informations

Je prendrai progressivement des responsabilités

Bref, en tant que délégué, je serai élu et je représenterai mes camarades, en les informant, en les aidant, en les conseillant

Pour moi, ce sera une expérience enrichissante.

J’AURAI DES DEVOIRS

►Je respecterai mes camarades et les adultes

►J’accomplirai correctement les obligations qu’ont tous les élèves (assiduité, travail, discipline…)

►Je consulterai régulièrement mes mandants, c’est à dire mes électeurs, mes camarades de classe

►Je devrai préparer les conseils de classe et y participer effectivement

►Je devrai exprimer, dans ces conseils, l’avis des élèves et non mon avis personnel

QUELLES QUALITÉS DOIS-JE AVOIR ?

Je dois être sérieux, responsable, honnête, impartial

Je dois savoir communiquer

Je dois savoir m’informer et informer

Je dois savoir faire preuve d’initiative

Forts de toutes ces informations les candidats au nombre de 11 ont fait campagne auprès de leurs camarades

Chaque candidat a monté son bureau électoral où slogans, discours, affiches ont été préparés.

Puis les candidats ont tenu un discours pour convaincre l’électorat.

Voici les élus pour cette année scolaire

1er semestre : Laura et Simon

2éme semestre : Mila et Martin

Les CE2B inspirés par la découverte de Munch

Après avoir découvert l’exposition du peintre Edvard Munch au K20 de Düsseldorf et après avoir étudié la célèbre œuvre „Le cri“, les CE2B ont représenté à leur tour différentes émotions à travers des Emojis.

CM1/CM2: Rencontre avec des auteurs-illustrateurs de bandes dessinées

Max Fiedler et Stephan Lomp, qui partagent la même passion pour le dessin, travaillent tous les deux à l’atelier Studio Rabotti sur la Ackerstraße à Düsseldorf. En février 2020, ils nous ont fait la joie de venir à notre rencontre au Lycée français. 

Max Fiedler et les CM2b
Max Fiedler et les CM2a
Stephan Lomp et les CM1b
Stephan Lomp et les CM1a

En cours de structuration de la langue nous avions travaillé sur les ouvrages Total verrückte Jagd (écrit et illustré part Stephan Lomp) und Lyrik Comics (travail collectif autour de poésies qui sont illustrées par Max Fiedler notammet et mises en musique).

Nous avions aussi préparé des questions que nous leur avons ensuite posées. Nous voulions entre autres savoir pour quelles raisons ils exercent ce métier, comprendre davantage leurs illustrations et découvrir leurs techniques de dessin.  


Ensuite ils nous ont présenté leurs différents travaux et le processus de création de l’idée au résultat final. Nous pouvions aussi leur demander de réaliser en direct les dessins de notre choix. 

Pour finir, c’était à notre tour de créer en travail collectif une mini-bande-dessinée avec des rimes en allemand !!!

100 mots

Depuis la rentrée de septembre, chaque jour d’école, pour marquer le temps qui passe, les élèves des classes de Mesdames Claude et Lanau déposent une petite perle dans une boîte…

Chaque jour ils comptent le nombre de perles dans la boîte, petit à petit, il y a tant de perles qu’il faut faire des regroupements de perles, ainsi on a dans la petite boîte des dizaines de perles et quelques perles qu’on appelle des unités. Chaque jour, le nombre de perles (ou de jours d’école)est consigné dans un tableau de 100 cases.

Pour le 100ème jour, les élèves ont construit des collections de 100 objets, écrit tous les nombres jusqu’à 100, réalisé leur portrait quand ils auraient 100 ans, cherché 100 mots pour rendre heureux ou joyeux… Une grande exposition a été réalisée le 6 mars 2020, 100ème jour d’école. Les parents sont venus nombreux, et cette fois, c’étaient les enfants qui les guidaient dans le musée !

#LfdD #AEFE