Missions, valeurs et atouts

Missions, valeurs et atouts

Missions et valeurs

Le LfdD offre un environnement multiculturel et multilingue qui met l’accent sur l’excellence et le développement personnel dans le respect des autres. Nous allions la rigueur de programmes structurés et cohérents de l’éducation nationale française et une ouverture internationale. Ainsi nos élèves acquièrent une riche culture générale, développent leurs capacités d’analyse et leur esprit critique.

Le LfdD encourage l’initiative, l’exercice de l’autonomie, la prise de responsabilité, la solidarité, l´engagement : qualités indispensables à la réussite de jeunes adultes talentueux dans le monde actuel.

L’ouverture
  • offrir un enseignement plurilingue : français, anglais, allemand depuis la maternelle ;
  • permettre aux élèves de découvrir et d’approfondir d’autres cultures, notamment la culture allemande ;
  • développer l’esprit critique de ses élèves ;
  • leur donner les moyens, dans le monde actuel, de comprendre, s’adapter et agir.
L’excellence pedagogique
  • donner aux élèves des méthodes de travail ;
  • développer le potentiel intellectuel et scientifique ;
  • encourager la curiosité culturelle ;
  • offrir la possibilité à chaque enfant de progresser pour obtenir un niveau scolaire reconnu et apprécié.
La responsabilité
  • respecter les origines, croyances et opinions de chacun ;
  • respecter les règles d’organisation ;
  • respecter le matériel et l’environnement.

Afin de bien vivre ensemble.

L’engagement
  • évoluer constamment pour permettre un enseignement moderne et efficace ;
  • privilégier à la fois l’autonomie et le partage des moyens et des compétences ;
  • permettre l’implication active de tous les membres de la communauté éducative dans la réalisation individuelle de chaque élève.
Cette école ouvre l'esprit !
Christiane Cornelius

Interview de C. Cornelius

Témoignage de Christiane Cornelius, maman allemande de Léonard, 9 ans, en classe de CM1, et de Helena, 7 ans, en classe de CE1.

Pourquoi avez-vous choisi de mettre vos enfants au LfdD ?

Tout d’abord, il faut dire que nous avons un lien avec la France, avec la culture française, car mon mari est franco-allemand. Mais nous avons également vécu en France, à Paris, pendant 5 ans. On a quitté la France en 2009, lorsque ma fille avait 18 mois. Hélèna a fréquenté la crèche française et Léonard, mon fils ainé, l’école maternelle. On a choisi ensuite de s’établir à Düsseldorf. Mon mari est médecin, moi-même je suis orthodontiste, j’ai travaillé également en France, on a l’avantage de pouvoir exercer où l’on veut.

Est-ce que vous avez hésité entre le système scolaire allemand et français pour vos enfants lorsque vous êtes rentrés en Allemagne ?

On ne s’est pas du tout posé la question. On parle allemand à la maison et nous savions que si les enfants fréquentaient l’école allemande, ils oublieraient rapidement le français….et j’adore l’école ! C’est une petite école, les enfants connaissent tous les professeurs et les enfants sont très gentils, il n’y a pas de problème de discipline, c’est très rassurant pour eux et pour nous aussi, en tant que parents.

En même temps, je dirais que ce n’est pas non plus un milieu fermé, au contraire ! Les enfants changent de classe tous les ans : ils découvrent de nouveaux camarades et une nouvelle maîtresse ou un nouveau maître. Cela les habitue aussi au changement, mais en douceur.

Un autre point très important pour moi est que je pense que cette école ouvre l’esprit parce qu’elle est multiculturelle. Je tenais à ce que mon fils ait accès à d’autres cultures que la sienne. Quand il était petit, Il a chanté « Joyeux anniversaire » en français, en anglais, en allemand, en espagnol, et peut-être en arabe ! Je trouve que c’est important dans notre société d’avoir une bonne expérience avec les autres cultures, d’avoir cette ouverture sur les autres.

Enfin, un aspect essentiel pour nous était la qualité de l’enseignement dispensé dans les écoles françaises. Les enseignant(e)s qui prennent en charge les enfants dès l’âge de 3 ans sont diplômées de l’éducation nationale française et peuvent enseigner également à des enfants de l’école élémentaire. Elles préparent vraiment bien les enfants pour l’école élémentaire car elles savent ce qui est attendu ensuite. Elles travaillent avec des objectifs, une pédagogie, c’est très structuré.

Quels sont selon vous les points à améliorer de cette école ?

L’école a un coût mais je pense que l’investissement en vaut vraiment la peine, et ce n’est pas très élevé si on regarde d’autres écoles privées.

Les vacances scolaires étaient un problème car nous travaillons tous les deux et les vacances sont plus importantes que dans le système allemand mais une garderie a été mise en place depuis cette année pour prendre en charge les enfants pendant ces congés et pour moi c’est une solution parfaite.

Je trouve que le rythme de vacances est bien pour les enfants car ils ont aussi besoin de se reposer et ce que j’apprécie avec le système de garderie, c’est la flexibilité, car on peut choisir le nombre de jours que l’on souhaite dans la semaine, c’est bien pour les mamans qui travaillent à temps partiel ; on peut aussi s’inscrire en cours d’année.

Depuis le début de l’année, les enfants profitent aussi des ateliers périscolaires : Hélèna fait de la danse et des arts plastiques et Léonard, de l’escrime. C’est bien, ça change aussi de la garderie, ça leur permet de découvrir d’autres activités.

Est-ce que vous souhaitez que vos enfants restent au LfdD jusqu’à la fin de leur scolarité ?

Nous ne savons pas encore, il est possible que les enfants intègrent ensuite le Gymnasium, mais je pense que dans un cas comme dans l’autre, les enfants sont très bien préparés.

Le fait qu’ils soient habitués à changer de classe et d’enseignant chaque année les prépare doucement au changement, et comme ils ont des professeurs différents pour l’allemand et l’anglais, ils apprennent aussi à s’organiser, pour les devoirs par exemple. C’est une bonne habitude qui leur sert ensuite, pour le collège et le lycée français ou pour le Gymnasium allemand.

L'école a été le point le plus facile de notre intégration en Allemagne.
Lochlan & Leslie Da Ronco

Interview de L. Da Ronco

Après avoir vécu au Canada et aux Etats-Unis, Leslie, Jim et leurs enfants Pilar, 12 ans et Lochlan, 8 ans, ont posé leurs valises à Düsseldorf. De nationalité américaine, ils ont choisi d’inscrire leurs deux enfants au LfdD, alors que Lochlan ne parlait pas français en arrivant à Düsseldorf. Nous avons voulu connaître les raisons de ce choix et le bilan de leur parcours 18 mois après leur installation…

Pourquoi avez vous choisi pour vos enfants le Lycée français de Düsseldorf ?
Leslie : Parce que ma fille parlait déjà le français et aussi parce que j’adore la langue française. Je veux que mes deux enfants parlent le français.

Est-ce que vous avez hésité entre le LfdD et une autre école ?
Leslie : Oui, nous avons étudié la possibilité de les mettre dans une école allemande mais c’était vraiment la meilleure option de les mettre au LfdD.

Lochlan, quand tu es arrivé en Allemagne, est-ce que tu parlais déjà le français ou pas du tout ?
Lochlan : Je parlais un tout petit peu.

Et tu comprenais le français ?
Lochlan : Non, pas du tout.

Comment cela s’est passé quand tu es arrivé au LfdD ?
Lochlan : J’ai étudié les couleurs, les verbes et tout et j’ai appris !

Comment a fait la maîtresse au début ? Est-ce qu’elle t’a parlé français tout de suite, est-ce qu’elle t’a parlé anglais ? Comment cela s’est-il passé ?
Lochlan : Il y avait un camarade de ma classe, Léo, qui parlait français et anglais. Je pouvais dire quelque chose en anglais et il traduisait en français.

Au bout de combien de temps es-tu arrivé à comprendre tout seul ce que la maîtresse disait ?
Lochlan : Je ne me rappelle pas.
Leslie : C’était au mois de mars ou avril de la première année [soit 7 mois après son intégration au LfdD, la rentrée scolaire ayant eu lieu en septembre] : l’enseignante m’a dit qu’il avait appris le français et que maintenant il pouvait débuter l’apprentissage de l’allemand. Jusqu’ici, il devait se concentrer sur le français et il étudiait le français pendant que ses camarades étudiaient l’allemand.

Est-ce que tu arrives à dire tout ce que tu veux en français aujourd’hui Lochlan ?
Lochlan : Presque.

Avant, tu étais aux US, quelles sont les différences entre l’école française et l’école aux US ?
Lochlan : On n’écrivait pas des choses tous les jours, je n’avais pas de cahier du jour ou de fichier, on restait plus longtemps à l’école…

Leslie : aux US, il y a beaucoup d’écoles qui n’enseignent pas les lettres cursives. Beaucoup d’écoles américaines préfèrent que les enfants utilisent l’ordinateur plutôt que d’apprendre à écrire. C’est la raison pour laquelle j’ai préféré le système français, je trouve que c’est important de savoir écrire.

Et une autre différence, c’est que les langues étrangères ne sont pas introduites tôt dans l’enseignement aux Etats-Unis, quand les enfants sont encore petits, comme en Europe. C’est dommage car pour apprendre une langue, il vaut mieux commencer jeune.

Les atouts de l’école française

Un système cohérent

Les programmes sont nationaux et identiques dans tous les établissements français à l’étranger affiliés à l’AEFE. La continuité de la scolarité de votre enfant est assurée, que vous retourniez en France ou emménagiez dans un autre pays.

Une structure ouverte

Le respect des différences et une communication active avec les parents font partie des fondements du LfdD. Sa population multiculturelle ouvre les élèves à d’autres cultures.

Un environnement sécurisant

Idéalement situé dans le quartier central et vert de Grafenberg, le LfdD est une école à échelle humaine qui propose un programme complet, sur un même lieu, de la maternelle à la terminale. Ses élèves sont respectueux des personnes et des règles, ce qui favorise un climat serein propice à l’étude.

Une école maternelle

Les enfants sont scolarisés de manière précoce, et encadrés par de vrais professionnels attentifs aux apprentissages et à l’épanouissement de chaque élève.

Un accompagnement personnalisé

Les classes peu chargées facilitent les échanges et le suivi ; l’équipe éducative, très à l’écoute, assure à chaque élève, quelques soient ses origines et son niveau, la réalisation de son propre parcours d’excellence.

Une offre linguistique diversifiée et de grande qualité

De la maternelle à la Terminale les offres et options sont multiples : anglais et allemand dès la maternelle, certifications en langues, options européennes allemand et anglais dès la 6ème, espagnol à partir de la 4ème, Abibac au lycée.

Une éducation à la citoyenneté

L’enseignement de l’histoire et de la philosophie pousse les élèves à la réflexion et les aide à devenir des citoyens critiques. Leur participation au fonctionnement de l’établissement est encouragée pour les former à la responsabilité. Des projets citoyens leur sont proposés pour les éduquer à la prise d’initiative et à l’ouverture sur le monde.

Une éducation aux sciences

La participation à des concours scientifiques et ateliers de recherche favorise la démarche d’investigation et d’expérimentation enseignée en cours et développe l’inventivité et l’innovation.

Une éducation aux arts et à la culture

Pour enrichir la sensibilité des élèves et encourager le dialogue des cultures en s’appuyant sur l’offre artistique de notre pays d’accueil.

Une intégration dans le pays d'accueil

Grâce à un apprentissage renforcé de la langue, et des manifestations, des échanges avec des élèves et enseignants du pays d’accueil.